Étang de jardin

Entre grenouilles et libellules

étang L’éclat jaune des iris, le chant flûté des crapauds accoucheurs, les parades des libellules, le bal des chauves-souris, la baignade du merle… Tout au long de l’année, la mare propose son spectacle sans cesse renouvelé .

Faut-il que la mare soit grande?

Un point d’eau de 3 ou 4 m2 suffit déjà au bain des oiseaux et à quelques invertébrés aquatiques. A partir de 7 m2, la surface devient plus intéressante pour les amphibiens et autorise une plus grande diversité végétale. Variez au maximum le profil de la mare, en aménageant des berges en pentes douces et d’autres abruptes, et en créant des paliers. Prévoyez au moins un endroit profond de 80 cm : cette profondeur assurera un minimum d’eau libre en été en cas de sécheresse, et en hiver, quand il gèle à pierre fendre.
Au-delà de 25 m2, creuser la mare à l’huile de coude devient une entreprise longue et pénible, à moins d’embaucher des amis pour donner un coup de main !

Dessin Laurent Willenegger

Dessin Laurent Willenegger

Où la situer ?

Pas sous un arbre ni contre la haie ! Creusez-la dans un endroit dégagé et bien exposé. Il faudrait idéalement que 2/3 de sa surface soit bien ensoleillé, ce qui favorise le développement des plantes et des larves aquatiques. En climat chaud, prévoyez un arbuste bas sur la berge pour fournir un minimum d’ombrage.

Comment étanchéifier ?

Si le terrain n’est pas naturellement imperméable, on peut imperméabiliser le fond du trou avec une épaisse couche d’argile ou de chaux. La technique la plus simple consiste toutefois à y poser une bâche en polyéthylène ou EPDM prévue à cet effet (garantie min 10 ans). Evitez absolument le PVC, très polluant lors de son élimination. Sous la bâche, disposer

> un treillis en surface (40 cm de large) pour la protéger des rongeurs

> du sable et un géotextile pour la protéger des cailloux

Que faut-il mettre au fond ?

Un peu de tout, du moment que ce soit minéral ! Le substrat servira à masquer la bâche, et permettra aux plantes de s’enraciner et aux animaux de se cacher. Variez sa structure (argile, sable, gravier, cailloux) au maximum afin de répondre aux différents besoins des invertébrés aquatiques. Surtout, ne mettez jamais de terre au fond, car la matière organique favorise le développement des algues et l’eutrophisation.

Comment aménager les berges ?

Evitez de mettre trop de sable et de gravier sur les bords, car l’été, ces matériaux fins favorisent l’évaporation en pompant l’eau par capillarité. De plus, ils ont tendance à glisser au fond, ce qui fait apparaître la bâche. Disposez plutôt de l’argile et quelques grosses pierres plates. Implanter éventuellement quelques plantes aquatiques pour accélérer la colonisation des lieux. Elles apporteront avec elles les œufs des premiers invertébrés aquatiques et procureront une ombre bienvenue.

Et les moustiques ?

Aucun souci ! Les moustiques pondront dans la mare sitôt après sa mise en eau, mais les larves ne survivront pas à l’arrivée des premiers prédateurs. Dès que votre étang sera peuplé de notonectes, de larves de libellules, de dytiques et de tritons, elles n’auront plus aucune chance de devenir adulte.
Méfiez-vous davantage des vielles bassines laissées à la pluie ou des tonneaux d’eau d’arrosage : c’est souvent là que les moustiques pullulent !

Question coût ?

Cela dépend beaucoup de la taille de la mare et du type d’étanchéité choisi. Si vous superposez sable, géotextile, treillis et bâche en polyéthylène, il faudra compter grosso modo entre FR. 20 et 25.-/m2 , sans l’excavation.

Quid de la sécurité ?

gaëlétang Comme c’est le cas pour n’importe quel point d’eau, il ne faut jamais laisser de jeunes enfants sans surveillance au bord d’une mare. Installez éventuellement une barrière pour freiner leur élan et leur enthousiasme.

Et les algues ?

On observe généralement un pic d’algues au printemps, car le plancton animal qui s’en nourrit n’est pas encore abondant. Puis un second en été quand l’eau est chaude et l’évaporation très forte. N’utilisez surtout pas de produits chimiques pour vous en débarrasser. Si les algues vous gênent trop, ratissez-les régulièrement contre les berges, puis mettez-les au compost.

Puis-je y mettre des poissons?

Surtout pas ! N’introduisez ni poissons rouges, ni tortues de Floride. Les poissons troublent l’eau en remuant la vase et les tortues sont des prédateurs voraces qui auront tôt fait de détruire les pontes d’amphibiens et les larves aquatiques. N’introduisez pas non plus d’amphibiens : les tritons et les grenouilles trouveront très vite par eux-mêmes le chemin.

Et l’entretien ?

Dès la deuxième année, il faudra limiter la progression des plantes aquatiques. Certaines font preuve d’une exubérance incroyable et risquent bien de couvrir rapidement tout le fond et la surface de l’eau, avec pour conséquence l’eutrophisation et l’atterrissement progressif du biotope. A la fin de l’été, n’hésitez donc pas à extraire de la mare quelques seaux de biomasse. Profitez aussi de ratisser les feuilles mortes qui flottent à la surface.

En été, il peut être nécessaire de rajouter de l’eau dans l’étang si son niveau baisse trop fort.

Les liens utiles

  • www.les-mares.com: créé par un passionné des mares, ce site vous informe sur les techniques de construction et sur les espèces sauvages qui s’y invitent.

Les bonnes lectures

livremare063 J’aménage ma mare naturelle, par Gilles Leblais, éd. terre vivante, 2010, 95 p., www.terrevivante.org
Comment créer une mare? Quels matériaux utilisés? Faut-il y introduire des plantes et des animaux? Autant de questions qui trouveront réponses dans cet ouvrage.