Prairie fleurie contre gazon

Des fleurs pour les papillons

2_4220.JPG Vous vous émerveillez devant les tapis de fleurs sauvages, sauges, marguerites, esparcettes et campanules qui bordent les routes et les chemins de campagne? Vous êtes sensible à la beauté des papillons et autres insectes qui s’affairent sur ces humbles bouquets? Alors dotez votre jardin d’un petit bout de pré fleuri. Vous en profiterez tout au long de l’été et contribuerez en même temps à la protection de la nature.

Changer d’idéal

Avant d’accueillir la nature sur son terrain, il faut être prêt à revoir sa conception du jardin dans son ensemble. Les insecticides et les papillons ne font pas bon ménage, les engrais chimiques et les fleurs sauvages non plus! Quant au gazon, il n’a strictement rien d’écologique, bien au contraire. Cette mode absurde et éreintante suscite des querelles de voisinage, pollue les sols et crée des déserts verts où il ne fait pas bon vivre quand on est papillon, orvet ou musaraigne.
Le plantain et les pâquerettes sont-ils donc si horribles? La mousse n’est-elle pas douce sous le pied? Est-il indispensable d’avoir un simili-golf sur sa propriété? Il est temps de remettre en question notre vision du gazon sans appréhender le regard des voisins!

Bulles d’herbes

Si votre jardin est  petit, il n’est pas forcément question de renoncer totalement à la pelouse rase, pratique pour les jeux et la chaise longue. Une bande herbeuse le long de la haie, des herbes folles autour de la terrasse, un peu de laisser-aller au pied du mur sont autant de refuges qui permettront déjà aux sauterelles de se reproduire et aux coléoptères de se déplacer à couvert. Tondre sa pelouse moins ras et moins souvent offre déjà davantage d’ombre et d’humidité au petit peuple des herbes. Mieux encore? Vous pouvez délimiter à l’aide de piquets et de cordes de petites zones au milieu du gazon, dans lesquelles vous laisserez l’herbe pousser. Optez pour la forme ronde: vous contournerez ainsi plus facilement ces bulles d’herbes avec votre tondeuse à rouleau.

Ne vous attendez pas à voir s’épanouir dès le premier été une flore extraordinaire parmi ces herbes folles. Les graminées qui composent le gazon poussent en général tellement dru que les fleurs sauvages ont de la peine à s’y implanter. Ces grandes herbes seront toutefois très prisées des coléoptères, sauterelles et criquets, qui en ont besoin pour s’alimenter et se reproduire. En automne, ôtez les piquets et fauchez les herbes hautes à l’aide d’une faux ou d’une faucille, puis remettez les piquets. Si vous avez plusieurs « bulles d’herbes « , ne les fauchez pas toutes en même temps. Cela vaut même la peine d’en conserver quelques-unes enherbées jusqu’à la fin de l’hiver car bon nombre d’insectes pondent à la fin de l’été ou hivernent sous forme larvaire dans les tiges creuses ou la litière.

Carrés fleuris

Vous êtes prêts à offrir une plus grande surface de votre jardin aux fleurs sauvages? Bravo! Le succès et la rapidité de la métamorphose dépendra en grande partie de la nature du sol.
Si le sol est pauvre en matières organiques, comme c’est souvent le cas des sols peu profonds, sableux ou graveleux, il vous suffira de laisser pousser ce qui vient. Les graminées ne seront pas dominantes et des fleurs sauvages pourront y germer.
Si par contre le sol est profond et gras, càd riche en matières organiques (apports de fumier ou d’engrais), il vous faudra vous armer de patience … et de bons outils.
Voici comment procéder:

3_4853.JPG Choisir le bon coin. Choisissez l’emplacement avec soin. Le coin doit bénéficier d’un maximum d’ensoleillement, être facile d’accès (pour la fauche) et les herbes, qui resteront hautes jusqu’à l’automne, ne devront pas gêner la circulation des personnes.
3_4860.JPG Dénuder le sol. Délimiter une parcelle d’une dizaine de m2 pour commencer. Il est important d’en ôter herbes et racines pour que la surface soit nue avant le semis. Ce travail étant ardu, nous vous conseillons la technique suivante: dès l’automne ou en hiver, recouvrez la surface herbeuse d’un vieux tapis ou d’un plastique bien arrimé afin d’étouffer les graminées qu’il y a dessous. Au printemps, vous n’aurez plus qu’à ôter cette couche opaque, pour découvrir une terre nue qu’il n’y aura plus qu’à égaliser au rateau.
3_7997.JPG Semer les fleurs. La solution la plus simple consiste à acheter des sachets de graines de  » fleurs pour papillons « . Ces mélanges sont toutefois souvent composés de fleurs non indigènes, peu intéressantes pour les insectes. De plus, elles ne sont pas forcément adaptées au climat de votre région et coûtent cher au m2. Une autre option est de prélever des graines dans la nature au fil de vos balades. Il faut juste y penser au bon moment, càd une année à l’avance , et réunir une grande quantité de graines pour obtenir un bon résultat.
3_4870.JPG Une troisième solution, testée avec succès, consiste à recouvrir votre sol nu de foin de fleurs . Il s’agit pour cela de repérer près de chez vous un talus bien fleuri, d’attendre que les fleurs montent en graines (en juin) puis de les faucher. Remplissez des sacs de jute de ce foin de fleurs, puis au jardin, couvrez-en la surface à fleurir. Les graines tomberont et les herbes sèches serviront de paillage: elles protégeront les jeunes pousses de la lumière et maintiendront une humidité favorable à leur croissance.
IMG_5715 Attendre que ça pousse. Quelle que soit l’option choisie, vous serez vite au fait du résultat car la croissance démarrera très vite. Repérez les plantes à fleurs comme la sauge, les marguerites, … et dégagez un peu les herbes qui pourraient gêner leur croissance. Otez aussi les touffes de graminées qui ne manqueront pas de réapparaître si le sol est gras: les plantes sauvages ne seront pas assez compétitives pour leur résister.
3_4855.JPG Faucher la prairie. Couper les herbes hautes en automne ou dans le courant de l’hiver. Si vous avez plusieurs parcelles, fauchez-les en alternance afin que des invertébrés puissent passer l’hiver dans les herbes hautes.

Les liens utiles

  • Vous voulez savoir quelles plantes sauvages et indigènes sont adaptées à votre jardin ? Allez faire un tour sur le catalogue en ligne du site: www.plantes-sauvages.ch. Vous y trouverez également les fournisseurs de graines en Suisse.
  • Vous voulez savoir quels sont tous ces papillons qui volent dans votre jardin? Allez faire un tour sur www.lepido.ch! Vous y trouverez une foule d’information sur les papillon de Suisse, de quoi les déterminer et des idées pour les favoriser.