Économiser l’énergie

Economiser l’énergie, c’est possible!

Une maison écologique ne doit pas seulement être saine et confortable pour ses habitants, tout en générant très peu de déchets. Elle doit aussi nous permettre de réduire massivement notre consommation d’énergie. Contrairement aux transports où la surconsommation est bien visible, nous avons souvent beaucoup de peine à nous rendre compte de l’énergie dépensée à domicile. Elle est pourtant tout aussi considérable. Partons donc à la chasse au « gaspi » de l’habitat.

Les matériaux de construction
Avant même d’y emménager, votre maison a déjà englouti des quantités d’énergie considérables. Il a fallu extraire, transformer et transporter des tonnes de matériaux. En choisissant des matériaux d’origine locale, on réduit déjà les transports. Des matériaux comme le béton armé ou la laine de verre nécessitent beaucoup d’énergie à la fabrication. Il existe des alternatives, aussi bien pour le gros oeuvre que pour l’isolation, les revêtements et les finitions. (> matériaux).

Le chauffage des locaux et l’isolation
Pour maintenir une température de 20 degrés et plus tout au long de l’année dans nos logements, nous dévorons allègrement autant, voire plus d’énergie que pour nous déplacer. La mesure la plus efficace est évidemment une meilleure isolation des bâtiments. On parvient ainsi parfois à réduire de moitié les dépenses énergétiques … et également la facture! Le comportement des habitants est tout aussi important. Une maison bien isolée dont les fenêtres sont toujours entrouvertes est une absurdité hélas trop fréquente. Un réglage optimal des thermostats est aussi fondamental: 20°C suffisent. Enfin, le choix d’un mode de chauffage peu polluant permet de réduire les atteintes au climat et à la santé. On donnera donc la priorité absolue aux énergies renouvelables comme le bois et le soleil.

L’eau chaude
On ne se chauffe que quelques mois dans l’année, mais on consomme tous les jours de l’eau chaude pour l’hygiène et le ménage. Le potentiel d’économie est là très important. La simple pose de réducteurs de débit sur les éviers, les lavabos et les douches apporte déjà des progrès et un réglage optimal du thermostat évite des pertes inutiles. Pas besoin en effet de chauffer l’eau sanitaire à plus de 50 degrés. Mais la mesure la plus efficace et qui s’impose presque partout est le chauffe-eau solaire. Il assure aisément 75 % de la production annuelle d’eau chaude, aussi bien dans les immeubles locatifs que dans les maisons individuelles.

La « clim »
Réchauffement climatique oblige, on recourt de plus en plus souvent à la climatisation des logements par des installations extrêmement gourmandes en électricité. Du coup, on aggrave le problème que l’on cherche à résoudre. Il existe pourtant des moyens simples et peu onéreux pour se passer totalement de cette technologie. Lors de la construction d’abord, il s’agit de veiller à une disposition optimale des vitrages et des toitures, afin de laisser entrer un maximum de rayonnement en hiver, quand le soleil est bas, et le moins possible en été. La pose de stores extérieurs réduit aussi l’échauffement et une bonne isolation thermique des toitures et des murs est aussi efficace en été. La plantation de grands arbres à feuilles caduques autour de la maison est une mesure aussi efficace qu’écologique et le puits canadien permet de profiter de la fraîcheur du sous-sol pour refroidir l’air ambiant. Voir aussi la maison bioclimatique.

Les appareils
Savez-vous quels sont les appareils électriques les plus gourmands parmi la multitude que nous possédons tous? Ce sont ceux qui chauffent … ou qui refroidissent. C’est donc d’abord ceux-ci qui doivent être choisis avec soin et utilisés avec parcimonie. On peut carrément renoncer à certains d’entre eux. Un exemple amusant: Si vous utilisez un séchoir à linge et un humidificateur, vous pouvez vous passer des deux appareils en faisant sécher votre linge à l’intérieur du logement.

A la cuisine
Certains renoncent carrément au congélateur, voire même au réfrigérateur, mais cela demande une motivation hors normes. Pour les autres, il est conseillé de choisir des appareils de classe A ou A+ et surtout d’éviter le sur-dimensionnement. Pour la cuisson des aliments, le gaz est une bonne option énergétique, malheureusement négligée en Suisse. Un lave-vaisselle de classe A consomme peu d’eau, mais son chauffage reste « énergivore ». Le choix du programme de lavage est donc déterminant. Si vous disposez d’un chauffe-eau solaire, branchez-y directement le lave-vaisselle. Et vive la vaisselle solaire!

A la buanderie
Au pays du propre en ordre, le nettoyage du linge est un vrai gouffre à électricité. En réduisant à peine notre perfectionnisme obsessionnel, on peut déjà améliorer les choses … sans compromettre l’hygiène.
C’est d’abord le choix de la température de lavage qui déterminera la consommation. Le plus souvent, 50 degrés est suffisent. Pour utiliser l’eau chaude solaire, il faut choisir un lave-linge à double entrée, assez onéreux, ou alors actionner manuellement le mélangeur pendant le lavage. Certains bricoleurs invétérés utilisent des vannes à minuterie. Le séchoir consomme parfois plus d’électricité que le lavage et ne sert qu’à « gagner » du temps. La corde à linge, elle, ne consomme rien du tout et vous donnera l’occasion de prendre un peu l’air. A défaut de terrasse ou par mauvais temps, le séchage à l’intérieur est souvent possible. Avec des murs perspirants, (> matériaux) l’humidité intérieure n’est plus un souci.
Quant au repassage, également gourmand en énergie, …

L’éclairage
Ce n’est pas l’éclairage qui consomme le plus d’électricité à la maison, mais il y a là encore un important potentiel de réduction. Il est temps d’éliminer les ampoules à filament de nos grand-parents. Oubliez également les éclairages halogènes et leur « design » extraordinaire. Si si! Le choix d’ampoules fluocompactes est maintenant si vaste qu’on peut les adapter à presque toutes les situations. Ce n’est qu’une question de volonté. Attention toutefois à recycler ces ampoules en fin de vie (très longue vie d’ailleurs!).

Ordinateurs et électronique de loisir
Là aussi, les progrès techniques doivent être salués. La disparition des écrans cathodiques apporte une baisse de consommation bienvenue. Un grand écran consommera toutefois toujours plus qu’un petit. Restons donc raisonnables. Il reste un sérieux point noir: les transformateurs ou « alims ». Nous en avons souvent une véritable batterie sous nos bureaux et ces petits boîtiers consomment du courant même quand les appareils sont éteints. Même problème avec les appareils en « veille ». Installons donc partout des prises-interrupteurs pour couper totalement le courant après usage.

Le jardinage
Qu’il fait bon se prélasser au jardin en bichonnant ses fleurettes et ses petits légumes. Oui mais pas en dilapidant des quantités invraisemblables d’énergie dans un fracas de tous les diables. Dans un jardin familial, aucun appareil à moteur n’est indispensable. Consultez donc nos pages jardin naturel, pour découvrir les tondeuses mécaniques, grelinettes, faux et autres outils de jardinage silencieux et parfaitement non polluants.

Les liens utiles

  • www.energie-environnement.ch: découvrez sur ce site des conseils utiles pour économiser l’énergie et préserver votre cadre de vie
  • www.topten.ch: comparez les performances énergétiques des appareils avant de faire votre choix.
  • www.suisseenergie.ch: la plateforme officielle d’information et de conseil en matière énergétique.

Les bonnes lectures

54214_MaisonEcolo.indd Ma maison écologique. Par Catherine levesque, éd. Eyrolles.
Choisir des produits non toxiques, réussir ses recettes de nettoyants ménagers, limiter la pollution électromagnétique, trier, recycler, opter pour des solutions durables en matière d’éclairage, de chauffage, de lessive, ustensiles, peintures…Ce guide écolo réunit une mine de conseils et informations pour faire rimer bien-être et écologie !